Daroul Ifta
Centre de Recherche et de Fatawa (Avis Juridique Islamique)

L’acquittement de la Zakâte

En Islam, seule l’année lunaire est prise en considération dans les pratiques rituelles. La Zakâte doit être prélevée annuellement par rapport au calendrier islamique lunaire. Cependant dans le cas d’une société (SCI ou autre) où il serait difficile de considérer l’année lunaire du fait que l’inventaire se fait tous les fins d’année solaire, alors on pourra prélever la Zakâte selon l’année solaire, mais à ce moment là on devra payer 10 jours de Zakâte en plus c'est-à-dire 2,57% au lieu de 2,5%.  (Aap qé masaaïl V.3 P.362/Kifaayatoul Moufti V.4 - P.145)

Question répondue par Moufti Louqman Ingar

Question répondue par Centre de Recherches et de Fatâwa de la RĂ©union le 17/03/2016 à 16:17

Un étudiant généralement économise peu d’argent. L’argent qu’il reçoit ici et là est utilisé pour ses besoins. Donc s’il ne possède pas une somme qui atteint la limite imposable et qui est restée avec lui pendant un an complet, la Zakâte ne sera pas wâdjib sur lui. Par contre si cela est cas, la Zakâte sera wâdjib sur lui.

Ceci dit, les jeunes possèdent souvent de l’argent mis de coté pour eux par leurs parents sur un compte bancaire ou à la maison. Il sera donc wâdjib de prélever la Zakâte tous les ans sur cette somme si celle-ci atteint la limite imposable et ce depuis qu’il atteint l’âge de la puberté.

Question répondue par Mw Mouhammad Patel

Question répondue par Centre de Recherches et de Fatâwa de la RĂ©union le 17/03/2016 à 16:17

Si la dette s’étend sur plusieurs années alors on ne prendra en compte que le montant qui doit être payé pendant une année; c’est ce montant (et non pas la totalité de la dette) qui sera déduit de la valeur des biens imposable. (Fatawa Daroul ouloum Zakariyya)

Question répondue par Moufti Fayzal Valy

Question répondue par Centre de Recherches et de Fatâwa de la RĂ©union le 17/03/2016 à 16:17

Il est permis de donner la Zakâte à un enfant n’ayant pas atteint l’âge de la puberté si son père mérite de recevoir la Zakâte.

Question répondue par Moufti Fayzal Valy

Question répondue par Centre de Recherches et de Fatâwa de la RĂ©union le 17/03/2016 à 16:17

Si les associés ont donné au gérant la permission de s'acquitter de la Zakâte en leur nom, la somme donnée en Zakâte sera valable.

Par contre, si le gérant s'est acquitté de la Zakâte au nom des associés sans leur permission :

  • Tant que la somme donnée en Zakâte se trouve entre les mains du pauvre ou du destinataire (c'est-à-dire qu'il ne l'a pas encore dépensé), les associés peuvent encore faire l'intention de la Zakâte sur la somme que le gérant a donné et la Zakâh sera valable.
     
  • Si le destinataire a déjà dépensé l'argent qui lui a été donné en Zakâte, les associés ne pourront plus faire l'intention de la Zakâte sur cet argent. Ils devront donc à nouveau s'acquitter correctement de la Zakâte.

En ce qui concerne une somme offerte avec l'intention de Sadaqah (aumône surérogatoire), le gérant doit obtenir l'autorisation des associés avant de prélever cette somme de leurs biens. (Raddoul Moukhtâr vol.2 pg.268)

Question répondue par Centre de Recherches et de Fatâwa de la RĂ©union le 04/05/2016 à 09:26
The bottom